5 pièges à éviter avant de lancer son cabinet

Capture d’écran 2021-05-26 à 10.34.30

Piège n°1

Penser qu’il suffit de poser sa plaque

Quel plaisir de voir votre plaque dorée scintiller à votre nom. Vous l’avez fait, vous ouvrez enfin votre cabinet ! Mais cette seule plaque ne suffit malheureusement pas … Vous êtes un avocat hors pair. Très bien. Mais penser comme un avocat ne suffit plus : il faut penser comme un entrepreneur.

 

Qu’est-il nécessaire de définir avant de vous lancer dans l’aventure ? Tout d’abord, il faut déterminer vos objectifs. C’est de là que découleront toutes vos stratégies. Ensuite, votre cible. Elle doit être déterminée pour que vos actions soient efficaces. Pour finir, vos concurrents. Le marché des avocats est toujours plus concurrentiel et de nombreux acteurs proposent des offres similaires aux vôtres (confrères, experts-comptables, associations, LegalTech, syndicats).

 

Dans la logique business que vous devez adopter, créer un Business Canvas au début de votre activité est essentiel pour vous poser les bonnes questions et avoir un fil rouge dans le développement de votre cabinet.

👉

Exemple de Business Model Canvas à compléter :

Piège n°2

Miser uniquement sur le bouche à oreille

Le bouche à oreille, c’est bien. Mais cela ne correspond plus à la réalité du métier et n’est pas suffisant. Il vous faut établir une réelle stratégie d’acquisition client en fonction de votre cible et communiquer sur votre activité. Vous faire connaitre via un site en ligne est un bon début et s’inscrire sur les plateformes de mise en relation aussi. Et surtout, n’oubliez pas les réseaux sociaux qui sont de réels atouts dans votre acquisition client.

👉

Une stratégie de contenu ciblée sur les réseaux sociaux vous permet de créer de la viralité autour de votre cabinet et de donner de la crédibilité à votre expertise. Passer du savoir-faire au faire-savoir !

Piège n°3

Faire l’impasse sur l’automatisation

Un des leviers de différentiation par rapport à la concurrence réside dans le prix que vous proposez. Comment se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée et gagner du temps (et donc de l’argent) sur les contrats répétitifs ? Pour être compétitif, pensez à l’automatisation ! De nombreuses LegalTech se sont positionnées sur ce marché pour vous développer des solutions : ILOH, Agrume, ContractExpress, LegalPilot, Legito, SCM, LegalPlace, Gino LegalTech, Hyperlex, Leeway, ou encore ImpalAct.

L’automatisation des contrats est un sujet stratégique pour vous et suppose deux questions préalables : quelle solution choisir et quelle méthode adopter. Chaque solution d’automatisation est différente et il est essentiel de vous concentrer sur vos besoins pour choisir celle qui VOUS correspond. Le choix de la solution variera si l’automatisation est interne, ou si les produits sont proposés en ligne à vos clients. Si vos clients sont internationaux, cela supposera des contrats bilingues, ce que Legal Place permet par exemple. Si votre niveau technologique est faible, vous pourrez vous dirigez vers une solution comme Legal Pilot dont le temps de prise en main est rapide.

👉

Exemples de critères à prendre en compte pour un jeune avocat : coût de l’abonnement, interopérabilité avec d’autres solutions (comme celle de signature électronique et CRM), une solution SaaS, une approche poussée sur les fonctionnalités automatisation (le contract management n’est pas nécessaire), UXUI de qualité …

Piège n°4

Négliger le choix de sa banque

Au grand dam de certains avocats, l’administratif a une part centrale dans votre activité quotidienne. Vous êtes dans l’obligation de vous bancariser au nom de votre cabinet. Peut-être penser vous choisir une banque traditionnelle, un peu au hasard ? Le clignotant rouge doit s’allumer. Soyez malin : si vous regardez au-delà des banques traditionnelles (qui peuvent paraître rassurantes), vous verrez qu’il existe aujourd’hui des comptes professionnels en ligne qui peuvent présenter de nombreux avantages.  Par exemple, Boursorama Pro, Qonto, Revolut. Ce type de banques étant dédié aux professionnels, elles prennent en compte des spécificités pour adopter une approche-métier.

Pour prendre l’exemple de Qonto (dans lequel j’ai ouvert mon compte professionnel), chaque dépense peut entrer dans une liste d’affectation des dépenses : alimentaire, prestataire, déplacement etc. Cela permet d’avoir une vision globale et d’identifier les leviers d’économie. Il y a aussi la possibilité d’ajouter des notes de frais en les archivant en 3 clics. Adieu les petits papiers au fond des poches ! L’API est aussi compatible avec les solutions des experts-comptables. En fait, cela montre assez bien que les banques professionnelles en ligne peuvent être bien plus pertinentes pour votre cabinet. Donc quand vous créez votre cabinet, regardez les différentes solutions bancaires car cela pourrait vous permettre d’avoir une expérience facilitée et de vous enlever une charge mentale inutile.

👉

Qonto et moi avons travaillé sur une offre spécifique aux avocats. Avec le code Avocat4M, vous bénéficierez de 4 mois gratuits pour l’offre standard proposée par Qonto avec notamment une formation gratuite de 45 minutes sur la gestion administrative dans l’activité des avocats et sur la stratégie d’acquisition.

Piège n°5

Ne pas s’entourer

Avancer tête brûlée vers son objectif sans être accompagné, c’est courir à la catastrophe. Vous entourez pour réfléchir à plusieurs sur votre projet permet de mettre en lumière des problèmes, des solutions, des points à approfondir. De plus, vous n’êtes pas le premier à ouvrir votre cabinet. D’autres sont passés par là, alors pourquoi ne pas éviter de faire leurs erreurs ou reproduire leurs réussites ? Vous serez d’autant plus prospère si vous écoutez les expériences et demandez les conseils des personnes qui ont de l’expérience dans la création de cabinet. Vous pouvez également bénéficier d’aides particulières dans la création de votre cabinet grâce aux différentes associations professionnelles qu’il est donc intéressant de contacter (pour obtenir des aides financières ou des prêts avantageux).

 

La stratégie partenariale peut être un outil de croissance redoutable. Rapprochez-vous de professionnels (avocats, experts-comptables, associations, …) ayant la même cible que vous et des spécialités complémentaires afin de développer vos canaux de distribution. 

👉

Votre Bien Dévoué (VBD) est une application mobile intéressante afin de rencontrer d’autres avocats et de sous-traiter des dossiers. 

 

Le Barreau entrepreneurial (pour le barreau de Paris) offre une assistance à l’installation : https://www.avocatparis.org/services-de-l-ordre/barreau-entrepreneurial